Galerie (in)actuelle et à contre-courant - « Grégoire MICHONZE »

Rédigé le Vendredi 21 Août 2015 à 22:37 | Lu 285 fois


Peintre de la comédie humaine...


Un site à visiter

Portrait de Grégoire Michonze par Dominique Daguet
Portrait de Grégoire Michonze par Dominique Daguet
La messagerie s’est ouverte ce matin 11 avril sur une excellente nouvelle : Anna Solal, fille du peintre Grégoire Michonze, m’avertit qu’elle a pu ouvrir un site important sur l’œuvre et la vie de son père. J’ai donc fait diligence pour aller promener mes yeux sur les pages diverses qu’offre ce site ; la moisson des reproductions est imposante et j’imagine que ceux qui ne connaissent pas cette œuvre se poseront en la visitant la question qui m’a toujours hanté : comment se fait-il qu’elle soit restée en marge alors que d’immenses nullités occupaient l’horizon de la célébrité ?
 
Il va falloir qu’au plus vite je scrute (certains disent scanner, qui a le même sens...) le petit livre que je lui avais consacré lors d’une exposition organisée au Centre Culturel Thibaut de Champagne, à Troyes, centre que je dirigeais alors, il y a déjà quelques 38 années...
 
...Et que je retrouve, dans les archives quelque peu pêle-mêle de mon déménagement, tout ce qui concerne ce vieil ami dont le « départ », en 1980 me semble-t-il, m’avait fortement choqué tant l’événement qui l’avait provoqué était ignoble.
 
Une nuit où la maison de campagne de Grégoire, dans l’Aube, restait solitaire, le maître des lieux étant à Paris - il disposait rue de Seine d'un autre lieu de travail  - , des voyous forcèrent la porte de la grange où Michonze avait installé, sur deux étages, son atelier majeur. Ils ne purent rester longtemps car des chiens à proximité se mirent à aboyer de façon fort bruyante : ils s’enfuirent donc en s'emparant, au hasard, de plusieurs œuvres en cours d'élaboration, chacune à des niveaux d’avancement très différents. Ainsi travaillaient le peintre : il passait d’une toile à l’autre, en commençait une, ajoutait quelques détails à une voisine, puis à une autre, parvenant peu à peu à ce qui serait la dernière touche de telle ou telle…
 
Quand Grégoire vit ce désastre il en reçut un choc terrible : « Ils m’ont condamné à mort », me dit-il, effaré, effrayé ! En effet, plus aucun tableau pour le mettre en route, et il ne savait plus commencer un tableau sans en avoir plusieurs chacun à des étapes différentes. Il errait dans son atelier comme une âme en désolation absolue.

Deux mois plus tard, il rendait cette âme au Dieu des peintres.

Dominique Daguet







 

Site : www.michonze.com


Mini-statuettes : elles pouvaient mesurer entre trois à six centimètres. Rarement au-dessus de six centimètres.au maximum six à dix centimètres. Ces petites oeuvres résultent d'une curieuse habitude qu'avait Michonze : il triturait en marchant, en discutant, des boules de terre qui finissaient par devenir ces étranges personnages, d'un humour singulier.
Mini-statuettes : elles pouvaient mesurer entre trois à six centimètres. Rarement au-dessus de six centimètres.au maximum six à dix centimètres. Ces petites oeuvres résultent d'une curieuse habitude qu'avait Michonze : il triturait en marchant, en discutant, des boules de terre qui finissaient par devenir ces étranges personnages, d'un humour singulier.











Recherche dans les articles

Recherche des titres


Partager ce site

Inscription à la lettre d'information


Comment se faire éditer


Recherche des titres

Galerie de nos auteurs
Daniel Abel
Roger JUDRIN 1992 (2)
Claude-Henri ROCQUET 1996
Robert MARCY
Pierre BONNICACY 2001
Pierre BEARN 1996jpg