Galerie (in)actuelle et à contre-courant - « Grégoire MICHONZE »

Rédigé le Vendredi 21 Août 2015 à 22:37 | Lu 307 fois


Peintre de la comédie humaine...


Un site à visiter

Portrait de Grégoire Michonze par Dominique Daguet
Portrait de Grégoire Michonze par Dominique Daguet
La messagerie s’est ouverte ce matin 11 avril sur une excellente nouvelle : Anna Solal, fille du peintre Grégoire Michonze, m’avertit qu’elle a pu ouvrir un site important sur l’œuvre et la vie de son père. J’ai donc fait diligence pour aller promener mes yeux sur les pages diverses qu’offre ce site ; la moisson des reproductions est imposante et j’imagine que ceux qui ne connaissent pas cette œuvre se poseront en la visitant la question qui m’a toujours hanté : comment se fait-il qu’elle soit restée en marge alors que d’immenses nullités occupaient l’horizon de la célébrité ?
 
Il va falloir qu’au plus vite je scrute (certains disent scanner, qui a le même sens...) le petit livre que je lui avais consacré lors d’une exposition organisée au Centre Culturel Thibaut de Champagne, à Troyes, centre que je dirigeais alors, il y a déjà quelques 38 années...
 
...Et que je retrouve, dans les archives quelque peu pêle-mêle de mon déménagement, tout ce qui concerne ce vieil ami dont le « départ », en 1980 me semble-t-il, m’avait fortement choqué tant l’événement qui l’avait provoqué était ignoble.
 
Une nuit où la maison de campagne de Grégoire, dans l’Aube, restait solitaire, le maître des lieux étant à Paris - il disposait rue de Seine d'un autre lieu de travail  - , des voyous forcèrent la porte de la grange où Michonze avait installé, sur deux étages, son atelier majeur. Ils ne purent rester longtemps car des chiens à proximité se mirent à aboyer de façon fort bruyante : ils s’enfuirent donc en s'emparant, au hasard, de plusieurs œuvres en cours d'élaboration, chacune à des niveaux d’avancement très différents. Ainsi travaillaient le peintre : il passait d’une toile à l’autre, en commençait une, ajoutait quelques détails à une voisine, puis à une autre, parvenant peu à peu à ce qui serait la dernière touche de telle ou telle…
 
Quand Grégoire vit ce désastre il en reçut un choc terrible : « Ils m’ont condamné à mort », me dit-il, effaré, effrayé ! En effet, plus aucun tableau pour le mettre en route, et il ne savait plus commencer un tableau sans en avoir plusieurs chacun à des étapes différentes. Il errait dans son atelier comme une âme en désolation absolue.

Deux mois plus tard, il rendait cette âme au Dieu des peintres.

Dominique Daguet







 

Site : www.michonze.com


Mini-statuettes : elles pouvaient mesurer entre trois à six centimètres. Rarement au-dessus de six centimètres.au maximum six à dix centimètres. Ces petites oeuvres résultent d'une curieuse habitude qu'avait Michonze : il triturait en marchant, en discutant, des boules de terre qui finissaient par devenir ces étranges personnages, d'un humour singulier.
Mini-statuettes : elles pouvaient mesurer entre trois à six centimètres. Rarement au-dessus de six centimètres.au maximum six à dix centimètres. Ces petites oeuvres résultent d'une curieuse habitude qu'avait Michonze : il triturait en marchant, en discutant, des boules de terre qui finissaient par devenir ces étranges personnages, d'un humour singulier.











Recherche dans les articles

Recherche des titres

Derniers articles

Partager ce site

Inscription à la lettre d'information


Comment se faire éditer


Recherche des titres

Galerie de nos auteurs
Daniel Abel
Roger JUDRIN 1992 (2)
Claude-Henri ROCQUET 1996
Robert MARCY
Pierre BONNICACY 2001
Pierre BEARN 1996jpg