« Jeanne face aux bourreaux » de Claude-Henri ROCQUET

Rédigé le Mercredi 6 Août 2014 à 10:21 | Lu 413 fois


"Quand il s’agit de Jeanne, les énigmes, ou les questions, les perplexités, les incertitudes, sont nombreuses. Comment cette jeune fille de paysans est-elle devenue guerrière et chef de guerre, stratège ? D’où lui vint ce savoir ?


Jeanne d'Arc, miniature du XVe siècle
Jeanne d'Arc, miniature du XVe siècle

Fut-elle discrètement conseillée par ses lieutenants ? D’où tenait-elle ce sens de l’artillerie, quand ses capitaines préféraient encore l’arme de jadis, l’arc et les flèches, l’épée, la lance, la cavalerie ? D’où lui venait cette connaissance des forteresses et des manœuvres pour s’en emparer ? Et ce courage ? cette intrépidité ? ce mépris de la douleur et des blessures, cette endurance, cette énergie à vivre à la dure, à chevaucher des heures sans repos ni repas, sans même boire, dormant peu, comme le plus aguerri, ou comme si elle était une sorte d’ange ? 

Claude-Henri ROCQUET en décembre 2009
Claude-Henri ROCQUET en décembre 2009
Elle ne se tenait pas derrière le rempart des boucliers et des soldats, pour commander, mais combattait au premier rang, parfois presque seule, posant la première l’échelle contre la muraille de la ville à prendre, jetant fagots et fascines dans les douves et les fossés si vite qu’ils semblaient à l’instant disparaître, et l’ennemi s’en effarait, fuyant, lâchant prise, voyant ou croyant voir autour d’elle soudain une nuée de papillons blancs, un tourbillon de neige en plein soleil, mille plumes angéliques, une manne blanche comme son armure. Une jeune fille radieuse au visage de lumière et de foudre les jetait soudain hors d’eux-mêmes. Comment pouvait-elle combattre, si ardemment, fortement, elle qui n’aimait pas la guerre, qui avait horreur du sang versé ? 

claude.docm Claude.docm  (3.47 Mo)


Consulter le ficjier de présentation des deux ouvrages de Claude-Henri Rocquet « Jeanne face aux bourreaux » et « O.V. de L. Milosz & L’amoureuse initiation »

Toile de Dominique Daguet (1958)
Toile de Dominique Daguet (1958)
Pour s’évader de la tour où elle est prisonnière des Bourguignons, à Beaurevoir, elle se lance de très haut, contre le conseil de ses Voix – qui lui diront qu’elle est pardonnée –, ne se blessant qu’à peine : a-t-elle été soutenue par des anges ? Et pourquoi ce saut dans le vide ? Voulait-elle mourir ainsi, avant d’être livrée aux Anglais, à leur tribunal ? Avait-elle peur d’être condamnée, peur de la mort sur le bûcher ? ou ne pouvait-elle supporter de ne pas être libre, et d’abandonner le combat, d’abandonner ses amis de Compiègne ? Et pourquoi cette obstination, qu’elle dit voulue par ses Voix, à porter un habit d’homme, même en dehors des batailles ? Pourquoi se coupe-t-elle les cheveux comme un page ? Se vêtir ainsi, en garçon, et contre l’usage et la décence ordinaire, est-ce donc sacré ? 

Couverture du livre « Jeanne face aux bourreaux » : cliquer sur le lien ci-dessous

« Jeanne face aux bourreaux » de Claude-Henri ROCQUET
Cela peut-il se mettre en balance avec le fait de recevoir l’Eucharistie ? Pourquoi ne s’explique-t-elle pas davantage là-dessus, comme s’il s’agissait d’un secret mystique ? Elle signe de son nom. A-t-elle su écrire ? La croix dont elle scelle son abjuration signifie-t-elle, selon un code connu de ses proches, que cet acte ne vaut rien, qu’il est nul, qu’elle le renie en le signant ? Mais comment la croix, le signe de la croix, aurait-il pu être choisi, par elle, pour subterfuge, mensonge ?

Qui était-elle ? "

                                                                                                                                                                                     Claude Henri ROCQUET

« Jeanne face aux bourreaux » est téléchargeable : cliquer sur le lien ci-dessous

Charles VII
Charles VII
« Jeanne face aux bureaux » peut être téléchargé (4 €)  ou commandé (16 €)

claude.doc Claude.doc  (3.62 Mo)


L'édtion traditionnelle sur papier sortira des presses pour le 10 novembre 2014.

Oeuvre de Hermann Anton Stilke (Allemagne, 1803-1860)
Oeuvre de Hermann Anton Stilke (Allemagne, 1803-1860)


Lu 413 fois

Chronique [in]actuelle | Éditions les Cahiers Bleus | Éditions Andas | Les auteurs | Mes coups de cœur | Pages d'Histoire(s) | Citations | Livres en téléchargement | Divers



Galerie de nos auteurs
Daniel Abel
Roger JUDRIN 1992 (2)
Claude-Henri ROCQUET 1996
Robert MARCY
Pierre BONNICACY 2001
Pierre BEARN 1996jpg

Recherche des titres

Recherche dans les articles